Zur Unternavigation | Direkt zum Inhalt


Inhalt:

Tannen.jpg Le nom de la route provient de la couleur verte des campagnes et des forêts

L’historique de la Route Verte

Que d’efforts ont été nécessaires dans les années 1960-1961 pour aboutir à la création de l’itinéraire touristique qu’est la Route Verte. En effet, elle fut la première du genre à relier l’Alsace et les Vosges, régions touristiques françaises aussi attrayantes aujourd’hui qu’hier au massif allemand de la Forêt Noire jusqu’au lac de Constance. La couleur verte des campagnes, vignobles, plaines et montagnes qu’elle traverse est vraisemblablement à l’origine de l’adjectif donné à cet itinéraire. Sans oublier bien sûr que le vert est la couleur de l’espoir.

«Elle est», selon les mots de l’initiateur du projet, Joseph REY ancien maire de Colmar «la route touristique par excellence car elle fait particulièrement bien ressortir l’unité des paysages surplombant le Rhin mais aussi leur particularisme. D’autant plus que cette unité n’est plus perturbée, comme ce fut le cas autrefois par l’antagonisme des deux Nations».

Joseph REY, qui lors de la première guerre mondiale, fut sous le drapeau allemand et français, s’est rallié lors de l’occupation allemande à la résistance française, ce qui lui valu plusieurs années d’emprisonnement mais aussi de camp de concentration à Schirmeck. En avril 1945, il recouvre la liberté et est élu au conseil municipal de Colmar. C’est en tant que maire de Colmar, de 1947 à 1977, qu’il forge le visage actuel de la ville. Au travers de ses initiatives et de sa détermination, le tourisme se développe de manière significative. Abordant la coopération avec ses voisins allemands sans ressentiment, il trouve en la personne du Dr. Willy BOSS, ancien DG de l’agence pour le développement du tourisme en Forêt Noire - Bodensee, et Joseph BUEB, maire de Breisach, des interlocuteurs privilégiés aux aspirations identiques aux siennes. M. BUEB fut également en 1950 à Breisach le principal instigateur du fameux accord européen visant à faire disparaître toute frontière intra européenne.
Alfred Vonarb
Alfred Vonarb, maire de Breisach, etait président de la Route Verte jusqu'à 2006
La Route Verte a donc toujours constitué une union volontaire de 15 villes et villages, de Contrexéville à Titisee-Neustadt. La présidence est partagée entre la France et l’Allemagne. Au fil du temps, de nombreux projets prennent vie accroissant ainsi la popularité de la Route Verte. On retiendra par exemple la création d’un parcours cyclotouristique, la publication d’un topoguide cyclotouristique, d’un guide pour tourisme de groupe ou encore des actions de promotion de la Route Verte lors de divers salons touristiques.

A noter, le 50ème anniversaire de la Route Verte en 2011 et la publication en 2004 d’un guide touristique complet de Jacques-Louis DELPAL en langue française et allemande intitulé «La Route Verte, Vosges, Alsace, Forêt-Noire, un itinéraire culturel et gourmand».

Komplette Unternavigation von Grüne-Strasse.de: